AMIENS

Cathédrale
Durée :  1 Jour
Le prix :   35.00
Emplacement de départ :  Place d'Italie - PARIS 13°
Nombre total de sièges  50/50

Date Expired !

Petite histoire des hortillonnages

À l’origine, un site naturel, une vaste zone marécageuse qui s’étend aux portes d’Amiens.

Au Moyen-Âge, plus de 10 000 hectares seront progressivement convertis à la culture maraîchères ou exploité pour l’extraction de la tourbe à usage combustible.

Au 18ème siècle, les hortillonnages s’étendent à l’est des fortifiations de la ville. En 1762, on comptait 47 hortillons, formant une communauté bien identifiée, avec ses règles propres, qui fournit la ville d’Amiens en primeurs. On devenait hortillon de père en fils.

Au 19ème siècle, un millier de personnes vivent des hortillons et vendent leur production sur le marché du quartier Saint-Leu. C’est l’âge d’or des hortillonnages. Les productions s’exportent jusqu’à Londres.

Au cours du 20ème siècle, le nombre d’hortillons n’a cessé de décroître, passant de 950 en 1906 à 65 en 1970. En cause, l’apparition des transports frigorifiques et les importations massives de légumes.

Dans les années ‘70, un projet d’extension de la rocade d’Amiens prévoyait de faire passer une route à travers les hortillonnages. Heureusement, des propriétaires et défenseurs de ce milieu unique se sont mobilisés et ont formé une association pour défendre ce patrimoine fragilisé par la vie moderne.

Au fil des siècles, l’extension d’Amiens à progressivement enclavé les hortillonnages dans la ville et réduit leur superficie. Ils ne couvrent plus que 300 ha aujourd’hui, dont 30 ha seulement encore exploités pour la culture maraîchère.

  • Jeudi 07 Septembre 2023

à partir de : 35 €/personne

Le prix s’entend sur la base de 30 personnes

Détails de l'événement

PROGRAMME

Départ : 08h30 PARIS Place d'ITALIE [ ou 08h00 de votre ville ( Ile de FRANCE ) ] Arrivée à AMIENS vers 10h30  Journée libre

Sur les origines des Hortillonnages... Connaît-on vraiment les Hortillonnages ? A en juger par ce que l'on peut encore lire dans certains guides (ou entendre au cours de visites commentées), on peut en douter... Bien des idées reçues sont ainsi à corriger , comme celles émises sur les origines du site : Les hortillonnages auraient été aménagés par les troupes de César ! L’histoire des Hortillonnages reste à écrire. Puisse cette modeste contribution inciter les chercheurs, d’horizons divers, à s’intéresser à ce qu’il faut bien reconnaître comme étant un des éléments du patrimoine historique et culturel de notre région. Certains guides touristiques ou publications récentes mentionnent encore une origine romaine pour la création de ces hortillonnages, allant même jusqu’à attribuer à César et à ses troupes laménagement de ces jardins. S’il est vrai que César et ses troupes ont bien séjourné dans les environs d’Amiens (les archéologues cherchent d’ailleurs toujours le lieu de ce séjour), on ne peut lui attribuer en aucun cas l’aménagement des hortillonnages. Cette hypothèse serait recevable si elle était étayée par des témoignages que seule l’archéologie ou des textes antiques seraient en mesure d’apporter. De plus, se référer à l’étymologie latine du mot « hortillon » (« hortus » signifiant jardin) ne suffit certes pas à voir dans ces Romains, les initiateurs de ce système. Il est vrai que la largeur de la vallée de la Somme où le fleuve développe ici de multiples bras, la présence des marais, des étangs, de l’abondante végétation et des multiples remaniements des terres (comme le curage régulier des rieux), n’ont guère offert aux archéologues de bonnes conditions d’observation. Malgré tout, nous disposons d’un inventaire précis des découvertes archéologiques. En marge des marais, ont été trouvées par exemple les belles stèles antiques de Longueau, la borne antique de Camon (qui se trouvait en face de l’auberge du Pré Porus et qui est aujourd’hui visible dans la cour du musée de Picardie), puis l’étonnante petite statuette de bronze phallique gallo-romaine (18 cm) : le priape de Rivery, représentant le dieu des jardins et des campagnes sous la forme d’un paysan gaulois. Dans les marais mêmes, deux découvertes intéressantes sont à signaler : Il s’agit de dépôts monétaires datant de l’époque romaine, des cachettes faites en périodes de troubles. Ce phénomène est bien connu des spécialistes de l’Antiquité…Ces trouvailles ne peuvent à elles seules attester une occupation et encore moins une mise en culture des terres à cette période. 

Départ pour PARIS : 17h00 - Pour une arrivée estimée : 19h00

F.A.Q

COMPREND

Le transport aller-retour en autocar

NE COMPREND PAS
Les dépenses personnelles, le déjeuner, toutes prestations non mentionnées

Vous avez une question ?

Reviews